Actualité   Art-s   Bougeons!   Histoire   Post-porn   Prostitution   Queer   Sexualité(s)   Sources   Straightland   Textes    Vos réactions 
                      post-Ô-porno
Version  XML 

"La violence n'est pas un moyen, mais déjà une pratique"


Elsa DORLIN


  

[]curieu-x-ses
depuis le 09/11/05 sur post-Ô-porno,
dont
[]actuellement.
Locations of visitors to this page 



Archives par mois
Octobre 2014 : 1 article
Juin 2014 : 1 article
Janvier 2014 : 1 article
Octobre 2013 : 2 articles
Juillet 2013 : 1 article
Juin 2013 : 1 article
Mai 2013 : 1 article
Avril 2013 : 2 articles
Février 2013 : 1 article
Janvier 2013 : 1 article
Décembre 2012 : 1 article
Novembre 2012 : 2 articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


*Le "post-porno" c'est quoi ?

--> ...quelques repères

Le "post-porno" c'est quoi ?



Dossier : Le "post-porno" c'est quoi ? ... quelques repères.



-> Petite intro :

Le site s'appelant post-Ô-porno, fatalement on se demande ce que veut dire ce nom bizzarement bricolé. Post-Ô-porno fait référence au "post-porn", "post-porno". Ce vocable est apparu aux États-Unis, et notamment par Annie Spinkle, travailleuse du sexe qui réalise et joue dans des productions post-porn, des films qui détournent et réinventent les codes du X traditionnel. Le Queer a investi ce champ des possibles.

L'idée est que si le porno a des vertus incitatives et prescriptives, plutôt que de l'interdire (position des "féministes abolitionnistes") car il promeut des idées sexistes et hétéronormées (un truc d'hommes pour les hommes), au contraire, il faut l'investir, le subvertir pour casser les normes qu'il véhicule.Produire, créer du post-porno est un défi à la normativité, à la prescription/injonction hétérosexiste. C'est une vraie action politique.

Le post-porno est un acte de résistance à l'ordre hétéropatriarcal, il est donc indispensable d'inventer/détourner non seulement de nouveaux personnages/rôles, de nouveaux genres, de nouvelles formes de pratiques, de jeux, mais également de nouveaux modes de production-réalisation-distribution.

En France la hardeuse Ovidie, sur les traces de Sprinkle, entend investir et promouvoir un porno différent. Cependant son action, comme celle de Sprinkle, s'intègre dans un système économique, qui lui n'est pas remis en cause.Dans cette perspective, le groupe activiste queer Panik Qulture entreprend des expérimentations post-porno. Ainsi il-elle-s ont réalisé un court métrage jubilatoire : "La culture hétéro, vous savez où je me la mets ?" (pour le voir, surveillez les programmation des festivals confidentiels). Ce film nous montre comment avec "4 performers, 1 trou de cul, 1 livre de Levi-Strauss et beaucoup de gel", on peut s'attaquer à "l'anthropologie sexiste et colonialiste". Le résultat est dans le titre.

Actuellement, le post-porno n'en est qu'à ses balbutiement.Il n'est pas question d'abreuver le marché du X d'une production de porno estampillé "post-porn" ou "queer", mais bien de créer, d'expérimenter, tester des formes nouvelles de porno, de post-porno.

 Jean-Raphaël BOURGE


Lire aussi : Sex Wars and Queer Theory : le laboratoire pornographique

_______________________________________



-> Quelques figures du post-porno :

ANNIE SPRINKLE




OVIDIE



« Je suis une "travailleuse du sexe", comme diraient mes consœurs américaines. Et cela, beaucoup de journalistes qui ont écrit des articles sur moi ou m'ont invitée sur des plateaux de télévision semblent l'avoir oublié. Les médias ont beaucoup parlé de mon "discours intellectuel", de ma démarche, parfois de mon féminisme, et trop souvent de mes études de philosophie. Comme s'ils s'étaient raccrochés à des choses rassurantes qui leur permettaient d'oublier ce qui les gênaient vraiment et ce qu'ils ne parvenaient pas à comprendre : j'étais, je suis, une femme qui fait des films porno devant et derrière la caméra. »
Ovidie, quatrième de couv' de Porno Manifesto.



PANIK QULTURE

Groupe activiste transpédégouine queer, menant diverses modes d'actions/luttes (zap', film...). Il-elle-s ont animé un "atelier brico-porno" au cours des "72 Heures" (rencontres transpégégouines 7-8-9 Octobre 2005 à paris, voir le site de bari(e)turix). C'est quoi un "atelierr brico-porno" ? Panik Qulture le défini ainsi : "(...) dans cet atelier il ne s'agit pas de construire des étagères, mais d'apprendre à réaliser un porno tou-te-s ensemble. Quatre membres de PQ et dix participant-e-s produisent pendant la nuit une ou plusieurs vidéos selon leurs envies, humeurs, et messages politiques (...)" (interview de PQ dans Dildo "spécial 72 heures").

pour les contacter: panikqulture@yahoo.fr


_______________________________________




-> Quelques films à voir:



# La culture hétéro, vous savez où je me la mets ?
Un film de Panik Qulture

France - 6' – 2005 - ss parole.s
4 performers, 1 trou de cul, 1 livre de Levi-Strauss et beaucoup de gel...Le premier post-porn qui s'attaque à l'anthropologie sexiste et colonialiste.

#TRANNYFAGS, a gender fucking porno
Un film de Morty Diamond
, réalisateur et producteur transgenre indépendant.
Etas-Unis, 2004, 50 min, DVD, VO.
-Site du film-

#ECSTASY IN BERLIN 1926
Un film de Maria Beatty
, réalisatrice de porno fétichiste SM lesbien.
2004, DVD: K-Films Video.

_______________________________________




-> Livres sur le sujet :



- Ceux qu'on peut ou doit lire:

# BOURCIER (Marie-Hélène), Sexpolitiques, Queer zones 2, Paris, La Fabrique, 2005, 301 p.

# GRUEN (Lori), Sex, Morality and the Law. Routledge, 1996.

# OVIDIE, Porno Manifesto, Paris, Flammarion, 2002 / La Musardine, 2004, 220 p.


# OVIDIE, IN SEX WE TRUST (backstage), Paris, La Musardine, .

# SPRINKLE (Annie), Post-Porn Modernist, Amsterdam, Art Unlimited, 1991 / Pub Group West, 1998.


- Les livres, suivant l'idée de Panik Qulture, que l'on doit réserver à certains orifices:

# LEVY-STRAUSS (Claude), oeuve complète (peut-être pas en une seule fois, car l'auteur est prolixe)

# BAUDRY (Patrick), La pornographie et ses images, Paris, Armand Colin, 1997, 217p.


# OGIEN (Ruwen), Penser la pornographie, Paris, PUF, 2003, 172 p.



# POULIN (Richard), La violence pornographique, industrie du fantasme et réalités, Yens-sur-Morges, Cabédia, 1993, 199p.

# MACKINNON (Catharine) & DWORKIN (Andrea), Pornography and Civil Rights: A New Day for Women's Equality. Organizing Against Pornography, 1988.



_______________________________________



-> Sur ne net :



@ Site d'Annie Sprinkle

@ pornomanifesto, le site d'Ovidie

@ girlswholikeporno, site hispanophone


-> Lire aussi sur post-Ô-porno :

*Le regard pornographique sur la fellation

*Échanges sur le porno

*Mots sur la pornographie

Et une bonne partie du site !





Ecrit par post-Ô-porno, le Mercredi 7 Décembre 2005, 21:55 dans la rubrique "Post-porn".
Repondre a cet article



Commentaires :

  curieu-x-se
11-05-06
à 18:46

Lien croisé

Dèmonia Magazine : "Le Post-Ô-Porn ? Pour ceux que le X fait bailler d'ennui, c'est la solution. Reste à savoir si elle est viable. Un acteur-réalisateur de X - Joachim - me disait encore : "Si on ne met pas une cravate, une chevalière et si on ne baise pas dans des châteaux ça vend pas. Moi, j'aimerais bien mettre des femmes en latex et des hommes bis dans des décors de clubs gays style Kit-Kat c"
Repondre a ce commentaire